• Il y a quelques jours, Pascale a reçu un message d'un vétérinaire qui a mis en lige il y a 4 mois un Blog/Site de conseils véto gratuits et grand public, traitant de la santé et de la prévention, destinés aux propriétaires de chiens et de chats. En cherchant des illustrations sur le net, il a trouvé une photo de moi et il demandait à Pascale s'il pouvait utiliser cette photo dans un article visant à aider les propriétaires de chiens et chats pour protéger ces derniers de la chaleur. Pascale a donné son accord et me voilà donc en vedette de cet article que vous pouvez voir à cette adresse : Temps chaud, canicule : protéger son chat et son chien

    Voici la photo qu'il a choisie pour illustrer son article

    À l'honneur

    Le Dr Eric TRENEL est diplômé de l'école vétérinaire de Lyon en 2003. C'est dans le soin aux animaux de compagnie (chien, chats et NAC) qu'il a fait ses armes et acquis l'expérience clinique qui lui permet aujourd'hui d'alimenter son blog. Fort de cette expérience et particulièrement intéressé par la vulgarisation médicale, il désire faciliter la compréhension de ce domaine aux non initiés, propriétaires ou non, comme il l'a toujours fait lors de ses consultations.

    Il a demandé à Pascale si elle accepterait à l'avenir de faire quelques prises de vues sur moi et/ou sur des parties plus précises comme mes griffes, mes oreilles, mes yeux, ma truffe ... pour des sujets de prévention ou de conseils pratiques. Pascale a accepté.

    Me voilà donc une super-vedette !

     

    Allez vite faire un tour sur son blog en cliquant sur la photo ci-dessous pour lire les conseils qu'il donne ...

    À l'honneur

    ... et n'oubliez pas de vous inscrire à sa news-letter pour ne rien rater de ses conseils avisés de professionnel.

     


    8 commentaires
  • Pascale se joint à moi pour vous souhaiter à toutes et tous, aminautes à deux et quatre pattes, une très

    Bonne Année 2013

    Plein de ronrons et de calinous !!!


    16 commentaires
  • Extrait de roman

    Petit aparté de Pascale.

     

    Extrait du livre d'Anny Duperey "Les chats de hasard". Des mots très vrais, oh combien !!! qui m'ont interpellée parce que c'est comme ça que je le ressens et je sais que nombre d'entre vous pensent de même.

    "Accepter qu'une bête entre dans sa maison, s'y installe à demeure, inclut du même coup l'engagement de lui rendre la vie la meilleure possible, suivant ses moyens, de l'aimer et d'en prendre soin jusqu'à sa mort, quoi qu'il arrive. C'est comme un mariage ou une véritable adoption. Si c'est un chat ou un chien, on "en prend" pour quinze à vingt ans. C'est dire si c'est grave et s'il faut bien réfléchir avant d'ouvrir sa porte et son cœur. Rien ne doit être fait ou décidé à la légère. Dans cette optique, c'est une personne à part entière qui va s'installer chez vous, une personne-chat, une personne-chien ou une personne-cheval, en tous cas quelqu'un dont il faut découvrir le caractère, avec ses qualités et ses défauts, et avec qui il faut chercher à avoir une relation particulière, parfois surprenante, l'entretenir et l'enrichir ensuite - sans parler des soins physiques. Cela demande beaucoup d'attention, d'ouverture envers une manière d'être animale dont on ne possède pas les codes - et pour cause - donc un don d'observation, de la tolérance, de la patience et de la disponibilité. Cela requiert aussi de trouver un statu quo entre son propre mode de vie, ses besoins, et les siens, voire d'adapter légèrement sa maison.

    L'intolérance de beaucoup de gens envers l'être animal se traduit d'ailleurs souvent par des détails domestiques. On veut une bête avec soi - ou pour faire plaisir aux enfants - mais on ne supporte pas qu'elle bouscule quoi que ce soit. C'est elle qui doit s'adapter entièrement à l'ordre humain : ne pas faire de bruit, ne pas faire de traces, ni laisser des poils sur les fauteuils, ni avoir envie de manger ce qu'on laisse traîner.

    ...

    Si tant est que l'on soit responsable et prêt à accepter l'animal physiquement et matériellement, en toute connaissance de cause, encore faut-il cultiver une disposition morale qui n'est pas forcément évidente chez tous : la constance. Il ne s'agit pas de se lasser, de l'oublier six mois après - sans aller jusqu'à parler des abandons pour cause de déménagement ou de vacances : indignités suprêmes. Il n'est pas question de détourner son intérêt de lui parce qu'autre chose de nouveau vous occupe dans la vie, car l'affection de l'animal, elle, reste indéfectible. En effet, si l'on a fait le minimum pour se faire aimer d'eux, les animaux sont naturellement enclins à la fidélité. Chez eux, il n'y a pas de lassitude, de retour de flamme, de trahison, de caprices possibles, pas même, normalement, de sautes d'humeur, sauf passagères chez quelques individus caractériels. Ils ignorent les complications sentimentales. En tous cas, il n'y a pas de régression dans leur affection pour vous. Et ce qu'il y a de merveilleux et de rassurant dans une relation avec un animal : elle ne peut que progresser si vous avez su développer en vous une constance et une loyauté égale aux siennes.

    Cela demande quelques efforts, car ces qualités sont rarement infaillibles chez l'être humain. Les développer au contact de nos compagnons à quatre pattes peut d'ailleurs, j'en suis convaincue, être un bon entraînement pour développer nos amours et nos amitiés humaines ... Certains iront même jusqu'à penser que les bêtes nous aiment "mieux" que nos semblables infidèles et frivoles, et se consolent ainsi de leurs échecs et de leurs déceptions. C'est un pas hasardeux que je me garderai bien de sauter. C'est faux, je pense. Mais nous avons à apprendre, oui, à progresser en tendant vers les qualité simples de nos animaux familiers."

    A méditer !!!

    Extrait de roman


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique